Quand on fait les bébés ?

De Marie V | Le 19 juillet 2013

Les naissances ne sont pas réparties de façon homogène tout au long de l’année. On observe des périodes plus prolifiques que d’autres. Pic des naissances, sexualité des Français, libido estivale… Etudes à l’appui, BabyBuzz vous décortique ce phénomène.

Courbe des naissances - INEDUn peu d’histoire du cul… te

Au XVIIe siècle on observe une chute des naissances 9 mois après le carême chrétien : les relations sexuelles étant proscrites par l’Eglise, tout comme pendant la période de l’Avent (juste avant Noël). On note en revanche un pic des naissances 9 mois après le pic des mariages. Tiens tiens.

Aujourd’hui, avec la généralisation des moyens de contraception, cette saisonnalité s’est un peu estompée. Il est vrai qu’on a souvent vu le loup avant de se marier (quand on se marie) et que les vicissitudes de la vie moderne nous rendent souvent moins fertiles : la probabilité qu’une femme ayant des rapports non protégés conçoive au cours d’un cycle n’est en effet que d’environ 20 % à 25 % selon une étude de Henri Leridon de 2010 (« L’espèce humaine a-t-elle un problème de fertilité ? », Population & Sociétés, 471). Bref, les pics ne sont plus les mêmes. N’empêche que, le 31 décembre, c’est souvent la fête…

… La Saint Sylvestre de tous les péchés

«Les couples cherchant à concevoir (donc non utilisateurs d’une méthode contraceptive) sont alors probablement plus nombreux à être réunis. De ce fait, et aussi en raison des circonstances, ils sont plus nombreux à avoir des rapports sexuels au moment de la Saint-Sylvestre», expliquent Arnaud Régnier-Loilier et Jean-Marc Rohrbasser (chercheurs de l’INED, étude Y a-t-il une saison pour faire des enfants ?). Pour preuve ? Alcool et fiesta aidant, on a tendance à oublier sa pilule le 31 décembre : on remarque une augmentation des IVG liée à cette période.

Les Français sont-ils des chauds lapins ?

Selon une récente enquête sur la sexualité en France réalisée par Nathalie Bajos et Michel Bozon, pas tellement : nous crapahutons en moyenne tous les 3,5 jours, soit environ 2 fois par semaine. Et là certaines se disent fièrement qu’elles sont chaudes bouillantes par rapport à la moyenne nationale, d’autres se rongent les ongles ou pensent que cette étude est mensongère. On n’a qu’à dire que vous avez toutes raisons, sauf celle qui se ronge les ongles parce que c’est vilain (ceux qui me connaissent pourront confirmer).

La fête du slip en été ?

Next Libération titre aujourd’hui Fait-on vraiment plus l’amour en été ?. On y parle pic des ventes de sex toys, jupes qui raccourcissent et émoustillent, mais sable qui gratte… On y oppose corps bronzés et problèmes de transpiration, envie de s’envoyer en l’air et manque de disponibilité en milieu urbain. Tout y est. On y trouve même le témoignage d’un psychiatre, Philippe Brenot : «Dans l’espèce humaine, les rapports sexuels s’étalent sur l’ensemble de l’année et la fréquence est à peu près égale», souligne-t-il. «Avec tout de même une recrudescence aux printemps, où on remarque une augmentation des hormones sexuelles mais aussi de la taille des testicules».

Moralité ? Toutes ces études ça fout les boules : printemps, été, automne ou hiver, c’est toujours le bon moment de s’envoyer en l’air.

Femme enceinte - © Katya Smolina - Fotolia.com


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


9 + deux =

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Suivez nous sur :

Articles les plus lus